437 views
 owned this note
###### tags: `Faire École Ensemble` `Conférence` `École dehors` :::warning Ce document est contributif. Pour l'éditer vous pouvez passer en mode édition : **<i class="fa fa-edit fa-fw"></i>**/**<i class="fa fa-columns fa-fw"></i>**. Si vous n'êtes pas à l'aise avec la syntaxe markdown, ce [tutoriel](https://pad.faire-ecole.org/utiliser-codimd) est à votre disposition. ::: # Webinaire - Foire aux Questions : toutes les réponses pour bien débuter la classe dehors 2/2 ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_fb54991e79af987c7856548a6453de67.png) :::success **Sommaire** : [TOC] ::: ## 1- À propos :::info * Prise de notes du 1er webinaire FAQ : https://pad.faire-ecole.org/s/webinaire_faq_classe_dehors# * Site classe dehors : www.classe-dehors.org ::: **Organisateurs** : Atelier Canopé 57, Faire Ecole Ensemble, AGEEM, Graine Poitou-Charentes, L'enfant dans la nature **Avec le soutien** : la fondation Nature & Découverte, la fondation Terra Symbiosis, la région Nouvelle Aquitaine, Tous dehors France, Réseau école et nature. **Animateur.rice.s** : Marjorie Pouillion (Réseau Canopé), Maryse Chrétien (AGEEM), Moïna Fauchier Delavigne ([L'enfant dans la nature ](https://www.lenfantdanslanature.org/), Tous dehors France) **Intervenant⋅e⋅s** : * Christine Leroy (Epernay) - conseillère pédagogique * Gaëlle Le Ster - enseignante en élémentaire à l'école Louis Canis de Pompaire (79) * Alexiane Spanu, animatrice de réseau sur la Classe dehors, GRAINE Poitou-Charentes. **Date et heure** : Mercredi 28 avril de 14h30 à 15h30. **Contributeurs prise de notes** : Benjamin ([Faire Ecole Ensemble](https://wiki.faire-ecole.org/wiki/Association_Faire_Ecole_Ensemble)), Moïna Fauchier Delavigne **Captation vidéo** : A venir ## 2- Introduction ### Maryse Chrétien, président de l'AGEEM et de l'atelier canopé de Haute Marne dans le 52. * Avec un collectif réuni : Faire Ecole Ensemble, L'enfant dans la nature, Graine Poitou Charente, l'AGEEM et l'opérateur Canopé. Nous nous réunissons pour la 2ème partie de la Foire Aux Questions * Ecole dehors, même si le ministre a parlé des possibles de faire classe dehors. Notre propos est basé su le faire que faire classe dehors est basé sur une pratique pédagogique. A COMPLETER * * C'est la liberté pédagogique de chaque enseignant. Ce n'est pas juste prendre l'air, aller à l'extérieur, même si cela peut permettre de prendre conscience que nous avons des besoins et de nous ressourcer avec la nature. ### Prise de note collaborative (Benjamin) En plus du replay, on fait une prise de note pour garder traces de ce qui se dit aujourd'hui, notamment pour tous ceux qui ne sont pas avec nous. On le fait de façon collaborative pour faciliter les choses. Ces notes serviront aussi pour la préparation de fiches FAQ qui seront ensuite partagées à tous. Elles sont sous licence creative commons, pour que chacun puisse les utiliser ensuite. ## 3 - Témoignage classe dehors par Gaëlle Le Ster * Je suis enseignant en Deux-Sèvres à l'école de Pompaire. Actuellement, j'ai une classe de Grande Section-CP. Si vous êtes là aujourd'hui, bcp doivent la connaître, c'est grâce à Crystèle Ferjou. Une pionnière de l'école dehors en France et conseillère pédagogique. Je sors depuis 5 ans * La particularité de notre école : toutes les écoles sortent de la toute petite section au CM2. * 1ere chose pour terminer de vous convaincre : **c'est possible même sans avoir soi-même des connaissances naturalistes**. A l'école, on n'est pas des experts de la nature. L'important est d'en avoir envie. Il n'y a pas besoin non plus d'adhérer à un courant pédagogique alternative. **Que faire en classe dehors ?** * Au départ, je me limitais à des domaines précis. J'ai commencé par les arts plastiques et le vivant. * Je laissais dans un premier temps les elèves expérimenter et développer le lien avec la nature. Parce qu'on sait qu'il y a un déficit de lien avec la nature chez les plus jeunes enfants. * A Pompaire, on s'est appuyé sur des projets avec les associations d'éducation à l'environnement. Je ne suis pas naturaliste et je n'avais pas de connaissance très vaste. **Je me suis donc formée au fil de l'eau, en même temps que mes élèves**, grâce à ces interventions. J'ai acquis des connaissances et des outils. Puis, peu à peu, j'ai intégré plus de domaines d'apprentissage. * * Avec les CE1, j'ai utilisé plusieurs lieux de la commune. pas uniquement le jardin à côté de l'école, comme ils faisaient en maternelle. * Depuis 2 ans, j'essaie de transposer tous les apprentissages : déplacer les élèves enseignant,s les supports en dehors des murs de la clase. Toutes les disciplines, ou quasi toutes (apprentissage de l'écriture en CP, je ne le fais pas dehors). Mais dans chaque discipline, on peut faire du dehors, je l'adapte au lieu et au matériel dehors. Quoique, tracer dans la terre, le sable peut être intéressant aussi. * Il faut toujours une **complémentarité entre dehors et dedans**. Pour que cela fasse sens. * Dehors il faut s'adapter aussi à des éléments extérieurs pas prévus. Ex l'arrivée d'une machine agricole ou une averse qui arrive soudainement aussi. Justement, c'est ce que je trouve intéressant. On apprend à s'arrêter et saisir ce qu'on vit avec la nature, à s'adapter. * Pas évident à faire à l'intérieur des classes. * A Pompaire, toutes les classes sortent, chaque enseignante fait clase dehors en fonction de sa personnalité, son rapport personnel avec la nature et l'âge des élèves. On a un terrain communal, à proximité de l'école, qui est mis à disposition par la mairie. On a aussi un sous bois, des chemins, un étang, un bois privé un peu plus loin. * Les plus jeunes sont plutôt sur un espace dédié et **plus ils grandissent, plus on travaille en itinérance**. * Cette année, en CM1 CM2, ils investissent 3 espaces différents. Ils y réalisent des activités et apprentissages différents, avec à chaque fois, un petit temps personel, un temps d'apprentissage et un temps de jeu libre. * **Il est indispensable pour nous de laisser cette place au jeu libre**. Cela nous permet d'observer nos élèves pour rebondir ensuite. Il permet aussi l'exploration et que les élèves développent leur créativité et ce fameux lien avec la nature que nous cherchons. * Pour conclure, **la classe dehors, c'est faire le choix d'enseigner autrement.** Cela implique des changements. Ca nous change. **Je me rends compte après 5 ans que je ne fais plus classe pareil, même entre 4 murs**. * En plus de connaissances sur la nature, je constate des effets bénéfiques sur les élèves, notamment sur le langage et les compétences psychosociales, l'entraide... * Maintenant cela me paraitrait très difficile de ne pas sortir pour faire classe, cela fait aussi du bien à l'enseignant de sortir de vivre la classe autrement pour les enfants. ## 4 - Les 12 questions à se poser avant de se lancer dehors avec ses élèves - seconde partie ### 7 – Comment s’assurer de la sécurité des enfants et éviter qu’ils ne s’enfuient ? **Christine LEROY**, * Cette question renvoie à une notion d'espace, quelque qu'il soit. Plus lointain, plus vert ou même la cours de l'école. * Comme tout espace, il faut se sentir bien chez soi. Il faut en faire le tour. Quand on arrive sur un nouvel espace, même s'il est connu, fréquenté toutes les semaines. Le prendre en main, voir les contours. Parfois pour les plus jeunes, marquer la fin du territoire. Etre explicite sur les droits et devoirs de chacun. Et valeur de fraternité : que chaque enfant se rende compte qu'on doit rester dans cet espace et si certains peuvent en sortir, les copains peuvent aller le chercher. Etre responsable les uns des autres, valeur de fraternité. C'est aussi demander à chacun de veiller aux autres, délimiter l'espace. * Rassurer aussi les enfants et rassurer l'enseignant. Parce que souvent c'est d'abord l'enseignant qui a peur. * Il s'agit de délimiter mais surtout en étant explicite. Dite bonjour à l'espace qui nous accueille et pourquoi pas emmener la mascotte avec nous. Ce changement d'espace, c'est un sas de décompression par lequel on passe. ### 8 – Sortir à quelle fréquence et pour quelle durée ? **Gaelle LE STER** : * A l'école de Pompaire, nous sortons toutes et nous sortons 1/2 journée par semaine. * Il est important d'avoir cette régularité, comme n'importe quel autre moment d'apprentissage à l'école. C'est intégré dans l'emploi du temps de la classe. et cela montre que c'est important, notamment pour les parents (légitime la pratique auprès d'eux). * Au début, on peut sortir peu de temps. ma première année, je sortais 1h30 par semaine. Ensuite, on peut rallonger. On se rend compte qu'on peut mettre des choses pour les apprentissages de l'école. * Pendant le temps de la classe dehors, on a 2 temps bien clairs. Un temps de jeu libre et un temps d'aprentissage. * 1h30 me paraitrait vraiment insuffisant aujourd'hui. Une demi journée me parait aujourd'hui insuffisant. Des collègues sortent plus fréquemment (tous les matins) et je pense passer à 1 journée par semaine à partir de juin. ### 9 – Comment aménager puis entretenir le lieu ? **Alexiane Spanu** : * important de se mettre d'accord sur ce qu'il est possible de faire ou non sur le terrain. Avoir en tête les multiples usages et usagers du terrain. (IMAGE 2) * Voir ce que les élèves font spontanément, cela donne des indications sur l'aménagement. * L'aménagement évoluera en fonction de vos envies, de vos moyens, des partenaires, comme les agens communaux par exemple. On peut aussi négocier un peu pour l'entretien du lieu, pour préserver la biodiversité. * Peuvent aussi contribuer, les associations locales, les parents d'élèves peuvent aussi aider, et apporter du matériel, du jardinage... (Image 3) * Les espaces peuvent être matérialisé physiquement ou juste symboliquement. * Des associations d'éducation à l'environnement peuvent vous accompagner (image4) * Photo issue de notre groupe de Recherche action en Poitou Charente, 16 enseignants. * Là on voit un espace de regroupement, comme avec des rondins de bois (coupés dans la peupleraie) des morceaux de bois récupérés dans la forêt, ou même des pneus... tout est possible. Image 5 * Par rapport à ce qu'on peut faire. C'est bien d'avoir des lieux où grimper, courir, glisser, partir en voyage imaginaire. * Les buttes sont très utiles (terre, copeaux, sable, graviers). Partenariat avec collectivités locales très précieux. Image 6 * Une autre butte, ennherbé. Des rondins où les enfants grimpent. Image 7 * Aménagement mis en lien avec les apprentissages que l'on veut réaliser : parcours sportif par exemple Image 8 * Autre élement important : avoir du matériel mulitusage. Utilisé de façon différente, laissé à disposition, pour favoriser la créativité. Par ex des palettes, qui peuvent servir à plein de choses. plan de travail, siège, cabanes... véhicules imaginaires... * vieilles casseroles aussi pour musique, outil de mesure, transport de matériaux... * Cela permet que les objets soit détournée-s et utilisés de façons différentes. Démultiplie les possibilités d'apprentissage et la créativité. Image 9 * Les cabanes. Un grand classique en classe dehors. On peut faire plein de choses autour. Construites en autonomie ou avec des adultes aussi bien des enseignants que des professionnels. Ex cabane en saule construite avec un agent des espaces verts. * pour développer son sens esthétique, repérer des formes, inventer des histoires... Image10 * Accès à l'eau et à la terre : laisser l'accès au matériaux naturels. On a de moins en moins contact avec les éléments naturels dans les esapces publics, on ramasse les feuilles mortes, les branches... Moins de contacts alors que important pour tous les humains. * La boue aussi c'est fantastique, on va y revenir après. * Ex collègue de Rochefort. grands fils tendus entre les arbres, pour faire des epositions de dessins, faire retours sur expériences. ou pour installer une bache et entendre les sons de la pluie. Image 11 * Pour aller plus loin, site Graine Poitou-Charentes avec le réseau national FRENE (recherche-action). * On peut même imaginer des coins sieste tout doux dans une cabane, avec des peaux de moutons. Et on voit les élèves de Gaëlle en train de lire, au calme. ### 10 – Comment faire quand il pleut ou que la météo est rude ? **Gaëlle** * La régularité essentielle à la classe dehors. Alors on va vivre des temps de météo au long de l'année. Comment mieux comprendre la saison qu'en étant dehors ? * C'est très intéresant de sortir par tous les temps. * La pluie n'est pas un problème pour les élèves. Ils apprécient les possibilités. Ils vont jouer avec l'eau, la boue, faire de la musique, avec bassines... * L'important, c'est toujours la tenue dans laquelle on se trouve pour sortir (voir 1er webinaire). Pas de mauvais temps, que des bons vêtements ! * On peut aussi utiliser une bache comme toit temporaire. * Finalement c'est le froid qui est plus compliqué. Et parfois, même la 2e paire de chaussette ne suffit pas. On peut apporter de la tisane pour se réchauffer. Ensuite on adapte sa séance, ses apprentissages, en fonction de la météo. * Je prépare en avance mais la veille, je vérifie et j'adapte éventuellement. * Et si les enfants ont froid, et que les enfants se plaignent trop, on rentre. Dans ce cas là on rentre. C'est important d'être bien, de prendre du plaisir. * Une matinée cette année, je suis sortie par -3. on a randonné et fait une balade mathématiques. * Et je remarque que quand ils sont en jeu libre, le la pluie ne les dérangent pas du tout. * En cas de mauvais temps, on peut aussi laisser plus 0e place au jeu libre. * Les changement météorologiques sont un levier d'apprentissages (inducteurs, leviers positifs). Il faut s'en servir. Le froid transforme l'eau en glace... * Pour les enfants, la pluie n'est pas gênante. ### 11 – Comment évaluer les séances ? **Christine Leroy** * Evaluer ce que l'on fait et le travail qu'on propose aux enfants (en fonction des BO aussi). * Comme la pédagogie du dehors est une pédagogie différente. Il faut d'abord évaluer ce qu'on propose soit. Je vous propose un petit carnet qui serait dans votre poche (la taille, pour rester pratique, avec un petit crayon...)(que ça nous convienne) * Pour écrire l'objectif fixé, reprérer des moments importants dans la séance qui se déroule. comme par ex dans le jeu libre, repérer des moments importants, des centres d'intérêt. pourquoi pas poursuivre une activité la semaine d'après... Retour réflexif sur sa pratique, pour s'assurer et être en ordre de marche dans les programmes. * Deuxième chose : évaluer ce que font les élèves. Il faut parler de la relation qu'il y a entre ce qui se passe dehors et dedans. L'évaluation ne doit pas être la même dehors que dedans. * Ce qui se passe dehors est très intéressant d'un point de vue de la créativité. Et pour certains c'est très important, certains se révèlent dehors, sur la créativité, la coopération/collaboration entre élèves (certains élèves se révèlent dehors). * Et comme j'appartiens au domaine de la maternelle, je parle du domaine langagier. Certains ne parlent quasi pas dedans, mais dehors, avec les interactions, les éléments naturels... pour déplacer un morceaux de bois a plusieurs... par interactions avec d'autres, le comportement langagier va évoluer, les comportements changent. * Sur créativité, coopération. La concentration,l'autonomie, maturité, confiance en soi qui sont plutôt des comportements = parfois font défaut en classe mais pas dehors. Bien de les observer à l'extérieur, voir comment le milieu dans lequel ils sont, les aide à évoluer. Diapo * Je vous invite avant de vous lancer à la dimension de ce carnet, pour rentrer dans la poche. **Gaëlle** * Le carnet, je ne l'ai pas encore mais je vais m'y mettre. Le temps de classe dehors, c'est pas un temps d'évaluation proprement dit mais plutôt un temps qui permet d'observer bien le vivre ensemble, les comportements. * Cela me permet aussi, j'ai des ex précis de mes élèves, d'appuyer sur les différences de comportement entre dehors et dedans. Une éléve cette année est beaucoup plus à l'aise dehors. Je peux lui faire remarquer. ex chasse aux mots dans le jardin, elle y arrive. Donc la rassurer pour la dictée dedans. leur donner confiance, lui rappeler qu'elle y est arrivée. **Christine** * Je suis aussi favorable à emporter à l'extérieur une surface numérique. Plusieurs possibilités, pas forcément une tablette, un téléphone, quelque chose pour enregistrer... (pinces enregistreuses, micros) pour garder traces. Parfois pour les ramener à l'intérieur parfois, pour en parler. Retravailler dedans. * Aussi pour montrer/expliquer aux parents. * Les outils numériques peuvent parfois être utiles y compris pour évaluation. ### 12 – Quels soutiens ou accompagnements est-il possible de mobiliser pour la classe dehors ? **Alexiane** * Vous pouvez avoir des soutiens, avec les "Réseaux d'éducation à l'environnement" * L'asso dans laquelle je travaille permet d'accompagenr les enseignants. Sur le territoire, on a travaillé en partenariat avec enseignants et animateurs, éducateurs natures, personnels de l'éducation national. * Depuis 2017. Accompagnement peut se faire de façon individiduelle et collective. * Là, aujorud'hui, 1er moment. * Quand on prépare le projet. toutes les questions pratiques. vous aider sur le terrain, pour chercher un lieu, faire le lien avec la collectivité, discuter des aménagements possibles, conseils sur le matériel, les ressources... imaginer des séances... * Ensuite quand vous commencez, les premières séances, on peut aussi vous acocmpagner (en amont d'abord), pour vous approprier ces nouveaux espaces, cette nouvelle pratique. Pour intégrer le jeu libre. Comment adapter les séances dans la nature. * Peuvent intervenir aussi durant les séances en tant que telles. * AU fil de l'année, on peut approfondir sur un sujet, les plantes, peinture naturelle, les apprches ludiques, sensorielles, artistiques, d'observation naturaliste, lecture de paysages... en fonction de là ou vous vous sentez Plus ou moins à l'aise. * Pas besoin de tout savoir pour sortir. Pas le but. * Je ne connais enseignant qui a arrêté. Peut-être vous voudrez touver des nouvelles idées, vous former encore... Cela peut vous redynamiser. vous approprier des pratiques, de nouvelles connaissances. Accompagement sur des projets au long cours (péda de projet). **Accompagnement collectif** * On organise des journées de co formation, avec enseignants, éduc à 'lenvironnement. on expérimente, on vit des moments dehors. pour avoir un vécu qu'on peut analyser... Se sentir aussi soutenus par ses pairs. * Permet de se mettre en réseau. * On a créé un groupe de partage pour la clase dehors pour le cycle 2 et 3.Le groupe au service des questionnements de chacun. * On a aussi engagé une formation de formateurs dans les 2 sèvres. Formation pour les conseilles pédagogiques pour qu'ils puissent accompagner les enseignants, se sentir plus à l'aise là-dedans (DSDEN 79). **Christine** * Je suis conseillère pédagogique mais aussi déléguée départementale de la Marne + membre de l'AGEEM. Dans le cadre des 100 de l'AGEEM lors du congrès de la Marne, on a créé le collectif (Enseigner ailleurs). On se réunit tous les 15 jours, pour l'instant en distanciel. On invite des pesonnes, comme Crystèle. * Pourquoi on est là, qu'est-ce qu'on cherche ? On s'est posé ces questions. * On s'est trouvé devant un mur : la connaissance qui nous manque sur la nature. On s'est tournés alors vers le réseau GRAINE en Champagne pour nous aider. **Marjorie** * A la demande du ministère, le réseau Canopé va publier un kit des essentiels pour faire classe dehors. Canopé prépare également plusieurs magistères. On peut aussi trouver soutien, accompagnement et mises en relation/réseau proposées. ### 13 – Comment imaginer sa 1ere séance de classe dehors ? **Christine** * Ca commence par structurer le temps, le temps peut-être différent de 1H30 à 1/2 journée. * La structuration temporelle permet de rassurer l'enseignant. * Se dire que ce temps commence dans la classe, avec le cheminement vers l'espace du dehors. * Tous les moments vont être propices pour commencer à observer, les saisons, la nature, les oiseaux, les constructions sur la route s'il y en a... * Ces premiers moments sont un sas, qui permet de pauser les bases, de se mettre en perspective de ce qui va avoir lieu ensuite * On arrive sur le lieu et on rappelle les règles, pour délimiter l'espace. * Puis arrive cette phase de jeu libre, et là commence le grand désarroi des enseignants (Cf. Bucheton). * Qui dit jeu libre dit laissez faire. lacher prise : lasiser les enfants décider de ce qu'ils vont faire. les laisser explorer, collaborer. Il faut être patients et dans l'obsevration. * POsture de l'enseignant ? On se situe dans l'observation, à l'écoute, être prêt à, si on demande de l'aide, pour interagir avec les enfants. * Ce temp de jeu libre peut être assez court au début, même s'il faut leur laisser le temps de se poser. * Un signal de regroupement. crécelle, bâton de pluie, comptine... pour ensuite donner lieu à un temps plus structuré. * Au départ, le projet vient de vous, ensuite, possible à partir de l'observation du jeu libre sur lequel on va rebondir, qui va se poursuivre, en trmes de vrais moments d'apprentissages. * Photo 1: défis créatifs, possibles dans la cour ou la nature. Nature comme laboratoire , nature pour bouger (EPS), nature inspirante (arts, création artistique), la poésie et projets pluridispcinaires. * Photo 2 : Projet après une lecture de Tototro, de faire un abri pour lui dans la nature. Le 1er en haut à gauche, et peu à peu, ça devient un magnifique abri pour Totoro, à droite. * Dernier moment : de regroupement, de structuration. On dit ce qu'on a appris, ce qu'on a vu, ce qu'on a découvert. Et aussi un petit moment d'écoute, de yoga, ou juste allongés dans l'herbe à regarder la cime des arbres, ou les nuages qui passent... Avant de repartir vers l'école et les murs. ## 5 - Questions du chat * Et quand notre école est en plein centre ville? * Marjorie je vous renvoie à ma réponse sur le prochain webinaire de l'Atelier Canopé de Paris sur la classe dehors en milieu urbain * Christine : si vous êtes dans une ville, une cour, et que vous avez peu ou pas d'herbe, c'est plus compliqué mais les solutions existent. La cour, si elle doit être partagée avec d'autre classes est une affaire d'équipe et de veille collective. Ne doit pas être dégradé, être protégé par tous. Ce que nous a dit un animateur graine : "si le vivant n'est pas dans votre espace alors faites le rentrer à l'intérieur, dans votre école/classe" : on met des hotels à insectes, des abris, des rubans qui volent au vent, des contenants pour l'eau... Ce sont la des projets possibles à mener avec les élèves. pour attirer les oiseaux, les insectes, les araignées (avec matériel de récupération), les carrés jardin... * Faire du tri et **récolte en forêt pour apporter la nature dans la cour ou la classe.** **Question - Comment localement faire pour trouver des contacts avec les réseaux locaux ?** * Ben : avec une quinzaine d'acteurs de l'éducation populaire, de l'éducation à l'environnement... * On lance une carte participative la semaine prochaine. * Que les acteurs soient visibles. Le site n'est pas encore prêt mais on présente ça mercredi prochain.Inscription : https://urlr.me/8pdC9 Sur la question de classe dehors en ville. on prépare aussi un webinaire. **Question sur la canicule ? * Si vous sortez, vous faites comment ? * Gaelle. Oui cela arrive qu'il fasse très chaud en juin. * S'il fait trop chaud, on ne sort pas. Mais on peut sortir au jardin, qui est ombragé. On insiste sur la tenue. Chaue enfant a un sac à dos avec une gourde chacun. J'apporte aussi un bidon d'eau en plus. * Il faut être vigilants aussi par rapport aux tiques à la belle saison. Je demande souvent aux familles que les enfants aient un pantalon long. ** Lieu privés ? Ca doit bien passer par le directeur académique ou par une convention signé avec une association qui mettra le lieu à disposition de l'école. ## 6 - BONUS - Lancement initiative de crise sur la classe dehors (3') **[Webinaire de lancement de l'initiative classe-dehors]** * Une alliance d'associations et de collectifs réunie pour soutenir les enseignantes et les enseignants qui se lancent dans la classe dehors dans les prochaines semaines. * Quand ? 05/05 à 17h30 * On découvrira quoi ? * Une cartographie pour mettre en relation * Un espace ressources partagé * Des webinaires sur mesure * Inscription : https://urlr.me/8pdC9 ## Conclusion ## - Ressources * Travaux de Christine Partoune Université de Liège - Belgique "Dehors j'apprends" * D; Chevalier C. Leininger Freizal revue géocarrefour 2020, Des lieux pour apprendre et des espaces à vivre * Travaux de M. Briand sur la sortie sensible (enseignant du primaire et géographe) * Travaux de Bédouret et al. sur l'hybridation des savoirs pour étudier le paysage (2018 Revue Projet de paysage) --------- Ce document est régi par les termes juridiques de la [licence Creative Commons BY-SA 4.0 ](http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/) <center> <img src="https://mirrors.creativecommons.org/presskit/buttons/88x31/png/by-sa.png" width="250px">