227 views
 owned this note
###### tags: `Faire École Ensemble` `webinaire` `classe dehors` :::warning Ce document est contributif. Pour l'éditer vous pouvez passer en mode édition : **<i class="fa fa-edit fa-fw"></i>**/**<i class="fa fa-columns fa-fw"></i>**. Si vous n'êtes pas à l'aise avec la syntaxe markdown, ce [tutoriel](https://pad.faire-ecole.org) est à votre disposition. ::: # [Classe dehors] Webinaire *Monter et financer un projet local de classe dehors en partenariat* ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_30e58d924e09f5c4756ce23ea5d6fe58.png) :::success **Sommaire** : [TOC] ::: ## 1- Avant Propos Ce document de prise de notes collective régi par les termes de la licence juridique [CC-BY-SA 4.0](https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/) - soutien la documentation d'un webinaire organiser dans le cadre de l'initiative citoyenne [classe-dehors](https://classe-dehors.org) qui regroupent associations et collectifs pour soutenir les enseignantes et les enseignants qui se lancent dans la classe dehors entre avril et juin 2021. :::info ++**Liens utiles :**++ * [**Site web de la classe dehors**](https://classe-dehors.org) * **[Infolettre de la classe dehors](https://7bfa4c43.sibforms.com/serve/MUIEAF8FDu9IC1HA_mL_uDKZVF4OWufDRlpBX4ZHN8Ej9FVKQuzKnPNph5IEusbuo0n21Gc17xTyrru-ogzXC8sZsJbPaEOT3vQNRIPqPo6pLud4xUqKTLoO46YKpCPrZ2wvHd0UoGohNBjo4NS6UrVgXXvTgWHzUVwF7OxEpYMAZI4JNhm_6bacAipNT07mQ-7ALfzsdoD7_iOb)** * [**Espace ressources mutualisé : activités possibles**](https://wiki.faire-ecole.org/wiki/Ressources-classe-dehors) * [**Foire aux questions : se lancer dans la classe dehors**](https://wiki.faire-ecole.org/wiki/Foire_Aux_Questions_:_se_lancer_dans_la_classe_dehors) ::: ## 1- Présentation Le webinaire "Financer un projet local de classe dehors partenarial" propose un espace de discussion et de questionnement sur l'organisation de partenariats locaux. ## 2 - Intervenant-es * Benedicte (FCPE Doubs), * Florian Houdelot (GRAINE BFC) * Maëlys Lambert, enseignante dans le Doubs, qui fait l'école dehors depuis 2018 (accompagnée par le GRAINE BFC) ### Support * Animateur.ice.s : Moïna * Référent documentation : Ben ## Présent-es > 20 participants * Isabelle SAHAI conseillère pédagogique coté boulot, et vice-présidente du comité USEP Guadeloupe coté associatif * Marion Blouin : conseillère politique auprès des élu.e.s écologistes en charge des politiques éducatives et enfance à Nantes. C'est une demande des élus qui m'ont demandé de venir. Je conseille sur politique éducative, périscolaire, éducation au numérique, mais aussi l'éducation à l'environnement, les écoles nature. Dans le cadre du projet éducatif de territoire qui sera voté au prochain conseil municipal, il y aura tout un lien sur le lien à la nature : cour de récréation et éducation à l'environnement avec classe dehors notamment. Comment impliquer parents, educateurs periscolaire pour favoriser le lien à la nature en ville ? * Anne : je travaille en maternelle à l'école Saint Anne d'Uzeste. L'ancienne directrice de l'école m'a fait découvrir l'école dehors et on essaie avec mon école de faire un projet, on a deux grands terrains. * Julia : Bonjour à toutes et tous je m'appelle Julia, j'ai créé il y a quelques mois une association d'éducation par la nature dans les Yvelines. Pour l'instant atelier parents enfants et bientôt ateliers enfants. J'aimerais beaucoup travailler avec des enseignants l'année prochaine, je suis donc intéressée par la manière de mettre en place ce type de partenariats. * Cathy : enseignante maternelle en Drome à Barbières, double casquette d'animatrice nature (BPJEPS l'an dernier). Projet de classe dehors à la rentrée... * Hervé : Bonjour, je suis enseignant de maternelle en Gironde, membre de Faire Ecole Ensemble. En intérêt pour la classe dehors que je pratique et je suis de formation biologiste. * Stéphanie : Animatrice OCCE de l'Aveyron, je suis en recherche d'idée pour pouvoir apporter un accompagnement d'enseignant qui voudraient se lancer dans la classe dehors. * ~~Isabelle : Bonjour à tous, Je suis conseillère pédagogique numérique coté boulot, et vice-présidente du comité USEP Guadeloupe coté associatif. Là par curiosité, lien envoyé par la ligue de l'enseignement.~~[est présentée au début de la liste] * Carine de Saint-Jean de Braye : Bonjour, je suis enseignante à Orléans en REP+ et je m'intéresse au concept classe dehors depuis quelques années. Je m'interroge en particulier sur ce que suppose ce type de projet en milieu urbain, concernant la mise en œuvre notamment. Merci. * Nadege Schornoz, je suis bénévole depuis plus d’une année dans l’accompagnement en pédagogie par la nature, formée par le Réseau Pédagogie par la Nature (RPPN), avec l’Ades (Lyon) et Sarah Wauquiez ponctuellement. Je suis en cours d’accompagnement d’un enseignant d’une classe de MS sur Villeurbanne et en lien avec d’autres enseignants qui sont motivés pour faire l’école du dehors. Je suis intéressée pour connaître les différentes formes de financement privés, collectivités pour mener à bien cette démarche. Nous sommes aussi en train de structurer un Collectif de différentes associations tels que le Smiril, le Mnle69, l’Ades, sur le Rhône pour développer cet accompagnement. Merci pour cette organisation ! ## 3- Prise de notes ### Introduction **Tour de table de présentation** : Florian, Bénédicte (en 5 min max chacun) * La classe dehors n'est pas toujours en partenariat mais ca peut aider de travailler avec collectivités, parents, associations. **Tour de table de présentation** : Florian, Bénédicte (en 5 min max chacun) * Florian : je suis animateur réseau pour le GRAINE BFC, c'est un réseau d'éducation à l'environnement. Aujourd'hui il fédère une centaine d'adhérents: 80% asso à vocation "éducative" dont une partie d'asso naturalistes avec un secteur animation et le reste collectivités ou travailleurs indépendants. * Depuis 2018, on expérimente l'école dehors dans le Doubs, dans le cadre d'une recherche action porté par le Réseau école et nature. Avec 3 classes au début et 25 classes maintenant. En BFC on a entre 70 et 80 enseignants dans cette démarche de classe dehors, dont une cinquantaine accompagnées par le GRAINE ou ses adhérents. La démarche s'est développée en partenariat avec la FCPE du Doubs et le PARDIE de l'académie de Besançon. * Bénédicte, je suis là aujourd'hui pour la FCPE, je suis présidente de FCPE Doubs, j'ai travaillé avec Florian et Maelys. Ce qui s'est passé dans le Doubs c'est avant tout une rencontre humaine entre des réseaux différents et une volonté commune de développer la classe dehors. Sans cette rencontre, il n'y aurait peut être pas eu d'école dehors dans le Doubs et en BFC. Sans rencontre humaine, pas de partenariat. **Témoignage Maëlys Lambert** sur son expérience de classe dehors. Ses débuts et le partenariat... * Je suis enseignante dans une petite école à la campagne depuis 4 ans. Je suis la seule classe dans l'école avec 4 niveau : PS, MS, GS et CP. J'ai commencé la classe dehors il y a 3 ans. J'avais une approche assez alternative (Montessori, ...) dans la classe mais il manquait la dimension classe dehors et le lien avec la nature * J'ai lu le livre de Sarah Wauquiez et vu le film "l'autre connexion". Je rêvais de faire classe dehors. J'ai souvenir d'avoir rencontré Bénédicte, puis un réseau s'est constitué et de là Bénédicte avec lien avec le GRAINE et la CARDIE. Tout ce réseau à permis l'émergence de la classe dehors, car au départ c'était compliqué avec l'inspection et la hiérachie. Pas mal de peur et d'appréhension. C'est le cardie qui m'a aidé à convaincre l'inspectrice et la rassurer sur le bien fondé du projet. Ca c'est mis en place mais comme je l'avais imaginé. Initialement on voulait que je me forme en même temps que je pratique. L'idée était d'avoir un accompagnement avec un animateur nature tous les 15 jours mais cela n'a pas été possible donc je suis partie en forêt avec les enfants seule, sans animateur à l'environnement. Ca a été difficile au départ d'être seule. Je pensais que ma posture en classe était transposable dehors d'autant plus que les enfants avaient beaucoop d'autonomie. Mais non, grosse pression avec les programmes scolaires. Je ne savais pas comment faire dehors. Posture ? Je n'avais absolument aucune connaissance nature. Enseignante avec l'impression que je n'avais rien à transmettre coté connaissance. Très déstablisant. Heureusement mon atsem était partante. Plus facile quand le graine et la FCPE a financé un anim environnement, il est venu juste 2-3 fois dans l'année. C'était très précieux. J'ai bcp appris en le regardant faire. Ca a permis de faire sauter bcp d'obstacle que je me mettais. Seule, on reste avec nos doutes. L'animateur nature pouvait aussi valider les choses que je mettais en place. Ensuite j'ai rencontré d'autres animateurs à l'environnement grâce au GRAINE. J'ai une intervenante bénévole chaque semaine. Je sors avec les enfants chaque semaine, sauf quand il fait trop froid. L'animatrice m'aide a passer le cap de la pluie, le partage avec quelqu'un, même qui n'est pas forcément animatrice environnement. J'avais une stagiaire EJE en début d'année. se questionner ensemble... ca aide bcp. Au bout de 3 ans j'accepte enfin d'accueillir des parents avec moi dans la classe avant je ne me sentais pas légitime dans mon rôle. J'ai aussi commencé à me former par moi même. J'ai éveillé ma curiosité pour être plus précise en vivant ce que je proposais aux enfants. * Marion : Tu parles d'animateur nature et environnement, ils sont où ? Rattachés à quelle structure ? Financés comment ? * Bénédicte : le réseau GRAINE forme et a mis en place tout un réseau d'animateurs nature. Certains font ça bénévolement, mais pour l'inscrire dans la durée, il faut des financement (Ex. On a eu terra symbiosis, FDVA, caisses des écoles, Trousse à projets) * Florian : Depuis 2018, le GRAINE a une commission qui travaille sur le "éduquer dehors autrement". D'abord avec qq bénévoles. Puis Les membres ont valorisé ce travail là avec : * -2 jours de restitution de travaux, interventions de chercheurs, d'associations, collègues suisse de Silviva. * Formation. Formalisation du partenariat avec une charte entre FCPE, Académie de Besançon et le GRAINE. Cette charte (voir ressources en bas du document) permet d'avoir un accompagnement pertinent pour les profs sans intervenir sur leurs choix pédagogiques. Cela sert à lever les derniers ### **Questions/Réponses** #### **1 - Comment je démarre le projet, sans avoir de sous ?** * **Bénédicte** : a l'émergence du projet en 2018, on a été un peu précurseur avant l'engouement post covid. Ca allait vraiment avec la question de la transition écologique, de l'impact et du lien avec la nature. Faire Classe dehors, ca pouvait etre aller dans un parc, un bois à côté de l'école ou une cour de l'école un peu vert, avec par exemple un potager. En tout cas l'idée était de ne pas aller loin, de pas louer un bus qui coûte cher et est compliqué à organiser. Dans l'exemple de Maelys, il y a aussi l'idée, qu'en 2018, quand on partait sur des projets, on essuyait les platres. Aujourd'hui, il y a un sujet de confiance en soi, on peut avoir confiance en son projet. Aujourd'hui plus d'argumentaire existe, pour défndre la pratique. Maelys a osé y aller, et s'est formée peu à peu. Pas besoin d'avoir fait de grandes études de nature... sinon on ne démarre jamais, on est jamais expert en tout. Après arrive l'échange de pratique, la réassurance... Démarrer à côté de l'école, ca ne coute rien. * **Florian** : ce qui est important c'est déjà de sortir et souvent on a l'impression qu'on sait peu de choses mais on a qd meme des choses à transmettre. on n'a pas assez conscience de la richesse de ses capacités. juste un coup de pouce d'une tierce personne pour basculer et se lancer. * **Maelys** : J'avais réduit mes objectifs. sans connaissance nature. Pour l'instant, je vais me focaliser sur la motrcité. J'alternais jeu libre (compétencs transversales, utile pour les apprentissages ensuite aussi...) et jeux collectifs. * Objectif : plaisir d'être dans la nature. Et avoir envie de protéger la nature ensuite. Pour être plus à l'aise, même seule. * Bénédicte : au départ l'institution te demandait des objectifs, nous avions peine à savoir ce que voulait l'institution exactement, tu es enseignante en maternelle. A la même époque, une autre école a démarér à Besançon, elles étaient deux enseignantes se soutenaient, elles étaient beaucoup plus décomplexées et disaient aller dehors pour jouer librement dans la forêt. C'était tellement assumé que ça devenait un vrai projet pédagogique. #### **2 - Quels partenaires possibles dans quelle temporalité ?** - * **Bénédicte** : on a travaillé main dans la main GRAINE et FCPE. A l'époque ce n'était pas du tout à la mode. Qui pour défendre la valeur pédagogique à l'époque ? Dans le Doubs, la FCPE y a contribué en portant une parole institutionnelle face à l'institutionnel. Il faut qqn avec une légitimité pour porter la parole face à l'institution. * Alors que le GRAINE avait plus de compétences pour le dire. la FCPE a servi d'ouvre porte, parce que le GRAINE n'est pas représentatif de l'école. * **Florian** : Sans la FCPE on ne serait pas là aujourd'hui. La mise en relation avec l'institution a été bien facilitée grâce à la FCPE. #### **3 - Quels types de financements possibles ?** (les bons plans et ceux à éviter) Faire 3 niveaux de présentation : Commune, Asso locale, Financements (AAP et TAP, OCCE) * **Florian**: * Via le Graine on a mobilisé une enveloppe interne sur l'expérimentation pédagogique et on a aussi mobilisé des fonds via la recherche action participative de REN. * cela a permis de travailler avec avec un anim environnement et une enseignante chercheuse pour observer les effets de la classe dehors, et les documenter. * * Puis face à la demande, on a mobilisé des fonds complémentaires. Avec les partenaires habituels du GRAINE BFC, via la région, via l'agence de l'eau méditerranée corse. et via la DREAL (collectivités, public..) * répondu à des appels à projet, notamment celui de Terra Symbiosis. (pour les projets dans l'école publique) * Les collectivités territoriales mobilisent également moyens et réseaux * on soutient l'expérimentation. puis on propose aux assos qu'on accompagne de dvper leur modèle économique. petite équipe d'anim indépendants qui sont coopérateurs entreprenarials. Ils ont répondu à des appels à projets. Ils vont accompagner 5 classes à la rentrée. Appel à projet de la région. Classe vertes annulées donc enveloppe transférer sur un appel à projet éducation à l'environnement. * Ben : récupération, solliciter la commune, OCCE ; F * Bénédicte : FDVA (Fond de développement de la vie associative - ancienne réserve parlementaire) permet d'amener de 1000 à 5000 euros sur des projets associatifs. Appel de projet simple à présenter. * la trousse à projets pour un financement participatif. * Il y a plusieurs étapes. Au départ, si je suis seul, je peux commencer avec la caisse d'école et trousse à projets, ... * Ensuite la FCPE peut aller chercher des financements complémentaires (FDVA, politique de la ville, subvention municipale, ...) * Florian : sur l'accompagnement proposer entre septembre Septembre 2020 et Janvier 2021, on a eu environ 30 000 euros, pour 25 classes avec 3 ou 4 1/2 journées et du temps de retour pour capitaliser les retours. * **Nadege** : 15 min Serait il possible d’avoir un exemple de réponse à Appel à projet pour mieux cerner les postes budgétaires notamment ? Quelle rémunération est dédiée aux animateurs indépendants par exemple ? Merci * Florian : le poste budgétaire est intégralement dédiée à l'accompagnement et l'intervention pédagogiques, pas pour les transports ou le matériel. Pour le matériel, plutôt le FDVA. * Florian : des enseignants mobilisent aussi les parents et les contacts des parents pour récupérer du matériel et ca fonctionne bien : déjà bottes, thermos pour boissons chaudes et affaires contre le froid. #### **4 - La question d'organiser l'encadrement est aussi importante, par l'appui sur les parents, et l'injection de nouveaux adultes**. Possibilités multiples : parents , stagiaire BPJEPS, Jeunes et service civique, stagiaires internationaux (volontariat international), - **Florian** : question primordiale. Notamment pour jeu libre et activité non dirigée on s'appuie sur des parents. Tout un travail a été fait sur la posture des accompagnants. Moment où on s'efface et moment où on intervient. Les premières personnes mobilisés sont celles qui interviennent déjà dans l'école : atsem et service civique. Plus simple pour transmettre des consignes et les faire respecter. Ensuite pas mal de parents mobilisés. Stratégies pour que les parents entrent dans le cadre. certaines postures d'accompagnateurs sont inadaptées, par exemple ils interviennent dans des temps de jeux libres. Du coup il faut définir des stratgégies : par ex délimiter les parcelles où les enfants peuvent développer le jeu libre. Avec fiche d'observation pour qu'ils se focalisent sur autre chose que les interactions avec les enfants. Avec les CM, on s'appuie sur les compétences des parents pour attiser la curiosité des enfants.Par exemple enfants qui se posent des questions sur les arbres. Un parent qui a des contacts avec l'ONF... qui a fait une intervention là dessus. Un père chasseur, qui fait de la chasse à l'arc, il a pu expliquer son approche. * Ben : animateurs educ pop, animateurs périscolaires, services civique, services des espaces verts de la ville peuvent participer. * Florian : on a distingué deux types d'accompagnement : * accompagnement régulier : connaissent la régularité, le programme "type". Posture d'accompagnement. * accompagnement ponctuel. posture d'expert. La différence de posture est importante. **Questions/réponses avec le public** : * **Anne (école Ste Anne)** : donc quand on parle de "la classe dehors" on parle forcément environnement ou peut on juste transposer les apprentissages faits à l'intérieur à l'extérieur?. Je voyais plutôt me servir de l'environnement pour mieux appréhender les apprentissages "traditionnels" de la classe, redonner du sens aux apprentissages fondamentaux dans un cadre naturel. * Florian : la frontière entre enseignement traditionnel et dehors est poreuse. Des savoirs dispensés en classe exploités à l'extérieur et inversement. * Maelys : je voulais absolument faire les programmes scolaires en forêt mais semblait ne pas y arriver. Je me suis éloigné des programmes, je fais beaucoup d'activités créatives et à leur travers, je peux faire des maths, de la lecture. On peut pas forcément prévoir, mais je saisis les occasions. * Nadege : Il y a un [article](https://www.reseau-pedagogie-nature.org/post/pédagogie-par-la-nature-ppn-ou-école-du-dehors) assez juste sur le site du RPPN qui explique un peu la différence entre l’école dehors et la pédagogie par la nature * Anne : toute les semaines je suis déjà dehors, mais dois je tout connaitre sur la nature ? Toutes les semaines on part au petit terrain, en fonction des saisons. La cour n'est pas végétalisé est c'est ce qui manque. Mais je voulais tester aussi de faire mes cours * Moina : le programme scolaire peut être fait de différentes façon. Par exemple voir : On peut aussi investir le dehors dedans et inversement. Mais intéressant de ne pas faire pareil dehors que dedans... ![](https://hot-objects.liiib.re/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_23b60b2a0e6e5266b844a7c94740f932.png) * Bénédicte : on a travaillé avec une pédiatre récemment dans le Doubs, les enfants ont beaucoup été immobiles avec le confinement. Or un besoin fondamental de l'enfant est de bouger. Souvent les profs qui hésitent à aller dehors nous on dit : on ne peut pas mettre les tables et chaises dehors. La pédiatre réagit en disant que les enfants ont besoin de bouger, si on va dehors ce n'est pas juste pour transposer ce qu'on fait dedans. Elle s'étonne de l'accord des enseignants sur sa présentation se la sensorimotricité (développement harmonieux qui passe par la mobilité) et de la difficulté de ces mêmes enseignants à changer leurs pratiques : changer nécessite un accompagnement. * Marion : Sentiment de disparités entre les académies/inspections (en soutien ou non). Quel est le mot d’ordre du ministère ? Qu’est-ce qu’il encourage ou non ? * Bénédicte : récemment le ministre est allé à l'école Lamartine à Dijon pour la dimension classe dehors. http://ele-dijon-lamartine-21.ec.ac-dijon.fr/category/vie-de-lecole/ecole-du-dehors-cm1-cm2-a-2020-2021/ * Moina : le ministre reconnaît qu'aller dehors est une bonne chose d'un point de vue sanitaire mais également d'un point de vue éducatif. Ce sont des propos nouveaux. ### Conclusion * On peut commencer seul mais mieux en essayant de se faire accompagner sur quelques séances, puis enfin être autonome avec appui parents... * Chacun fait comme il le sent, celui qui a besoin d'un appui : un livre, une ressources, une vidéo et celui qui a besoin d'être accompagné doit pouvoir l'être * * Besoin de visite d'autres profs et d'entraide locale entre collègues ou appui d'un accompagnateur nature. ## 5- Ressources * Vidéo du Graine BFC - https://www.youtube.com/watch?v=AN2aNqwfVuo * https://blog.faire-ecole.org/2021/05/24/portrait-croise-jenseigne-dehors/ * La liste des GRAINES en France, sur le site du Frene * La commission école dehors du Graine, et la charte d'expérimenttion pour l'académie de Besançon https://www.graine-bourgogne-franche-comte.fr/mise-en-reseau-des-acteurs/ecole_dehors/ * https://www.reseau-pedagogie-nature.org/post/pédagogie-par-la-nature-ppn-ou-école-du-dehors --- Ce document est régi par les termes juridiques de la [licence Creative Commons BY-SA 4.0 ](http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/) <center> <img src="https://mirrors.creativecommons.org/presskit/buttons/88x31/png/by-sa.png" width="250px">