19 views
###### tags: `Conférence` `École dehors` :::warning Ce document est contributif. Pour l'éditer vous pouvez passer en mode édition : **<i class="fa fa-edit fa-fw"></i>**/**<i class="fa fa-columns fa-fw"></i>**. Si vous n'êtes pas à l'aise avec la syntaxe markdown, ce [tutoriel](https://pad.faire-ecole.org/utiliser-codimd) est à votre disposition. ::: # Webinaire - "Faire classe dehors à Paris" # 2 ## 1- À propos **Organisateurs** : Cardie Paris RDV du lab Volet "bien-être des élèves, bien-être des enseignants". Groupe "Faire classe dehors à Paris" (Agnès Pernet) **Animateur.rice.s** : Agnès Pernet, Guillaume Lelay (chargés de mission Cardie), Corinne Mazel(ancienne CPC EPS), absence excusée (mais regrettée !) d'Alexandre Ribeaud, co-organisateur des RDV du lab de ce groupe. **Date et heure** : Jeudi 11 mars 2021 de 17h30 à 19h **Prochaine date prévue** : Mardi 18 mai avec Aurélie Zwang, MCF Univ Montpellier , enseignante chercheuse en sciences de l'éducation. **Intervenant⋅e⋅s** : Crystèle Ferjou (conseillère pédagogique départementale arts plastiques et coordinatrice classe dehors 79) et Moïna Fauchier Delavigne (journaliste, [L'enfant dans la nature ](https://www.lenfantdanslanature.org/), Tous dehors France) **Contributeurs prise de notes** : * Moïna Fauchier Delavigne * Benjamin Gentils (Faire Ecole Ensemble) * Hélène Gardenne (Faire Ecole Ensemble) * Corinne Mazel * Crystèle Ferjou * Agnès Pernet **Captation vidéo** : Lien à venir **Fiche sur le site de la Cardie Paris** : [Faire classe dehors à Paris #2](https://pia.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2303841/rdv-du-lab-du-11/03/21-faire-classe-dehors-a-paris-2-avec-crystele-ferjou-et-moina-fauchier-delavigne) * Participants : 45 connectés :::success **Sommaire** : [TOC] ::: ## 2- Introduction ++**Guillaume** :++ * La Cardie a lancé un appel à projet pour les projets innovants cette année. Si vous avez un projet, même modeste, même déjà déployé, que vous avez envie de porter avec nous, n'hésitez pas à déposer la procédure. * Il faut déposer une fiche innovathèqe. * Il y aura une session pour valider les projets. * Date limite : le 12 avril * Pour participer : c'est [ici](https://pia.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2304117/appel-a-projets-academique-2021) ++**Agnès** :++ * Depuis 2017, la CARDIE développe des modalités d'accompagnement collaboratif et propose à la communauté des innovateurs, des espaces d'échanges et de mutualisation : avec les [RDV du Lab](https://https://pia.ac-paris.fr/portail/jcms/p2_2200148/la-programmation-des-rendez-vous-du-lab), la CARDIE permet aux innovateurs parisiens de se rencontrer tout au long de l'année scolaire, dans le cadre d'un programme de travail portant sur des thématiques co-construites avec eux lors du lancement de l'accompagnement collectif en septembre. Les "rendez-vous du lab du volet Bien-être des élèves, bien-être des enseignants" ont été inaugurés par la création d'un groupe d'échanges et de développement professionnel autour de la thématique :"Faire classe dehors... à Paris". * Très répandue dans d'autres pays, la classe dehors se développe en France, notamment dans les Deux Sèvres, sous l'impulsion de Crystèle Ferjou, conseillère pédagogique des Deux-Sèvres, praticienne d'une pédagogie par la nature depuis 25 ans que nous avons la chance d’accueillir aujourd’hui aux côtés de Moïna Fauchier-Delavigne, journaliste et consultante plaidant pour l'enseignement dans la nature. Elles sont co-auteures de *Emmenez les enfants dehors ! Comment la nature est essentielle au développement de l'enfant*, Robert Laffont, 2020). Moïna Fauchier-Delavigne est également coautrice avec Matthieu Chéreau de *L’Enfant dans la nature – Pour une révolution verte de l’éducation*, éd. Fayard, 2019. * Les avantages de cette approche ne sont plus à démontrer pourtant les contraintes spécifiques aux grandes villes (sanitaires et sécuritaires), et en particulier à Paris, peuvent freiner les initiatives sur le terrain. Des alternatives et des propositions existent. La naissance de ce groupe d'échanges et de développement professionnel en témoigne. Trois rencontres sont programmées sur l'année 2020/21. * Lors du premier RDV le 15/12/20, nous avons souhaité que puissent se croiser différentes approches, regards, questionnements, de la maternelle au lycée. Les échanges fructueux entre enseignants, conseillers pédagogiques, médiateurs auprès d'élèves en situation de décrochage et partenaires associatifs, ont permis de révéler des approches riches et variées et de questionner le regard que l'enseignant porte sur ses élèves et sa pratique en extérieur. **Voir le compte rendu : ["Faire classe dehors à Paris #1"](https://pia.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_2203173/15-decembre-2020-17h30-volet-bien-etre-faire-classe-dehors-a-paris-1?cid=p2_2200120![](https://s3.standard.indie.host/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_0e65ce37fad9ed4ef1e73746e329d9e8.png) )** * Alexandre Ribeaud, ensiegnante en PS/MS à l'école Bollaert à Paris (REP 19e), en REP, en bordure de périphérique, fait classe dehors depuis septembre 2019, dans le parc de la Villette ou le square à proximité de l'école . Il participe à l'organisation de ces RDV mais ne peut être là ce soir. Il s'est blessé dans la cour de récréation, m'a transmis ses excuses... et ce message : "la cour est plus dangereuse que la classe en forêt !". * Crystèle Ferjou est conseillère pédagogique dans les Deux-Sèvres et une pionnière de l'école dehors. ELle participe aussi à une recherche action nationale, porté par le Réseau école et nature. ++**Agnès**++ Présentation des objectifs du groupe « Faire classe dehors à Paris » : * Partager des pratiques, des expériences, des ressources. * Co-construire des pistes de solutions face aux freins et difficultés rencontrés. * Faire communauté : partager des ressources, des contacts, des savoirs faire (en inter session) * A plus moyen terme : co-construire un cadre d’expérimentation à portée académique que nous aimerions accompagner par la recherche * Objectifs de la 2e séance : * Réfléchir, se questionner, mutualiser, engager des pistes * Contextualiser, étayer la pratique de « classe dehors », grâce à l’apport expert de C. Ferjou et M. Fauchier Delavigne * Creuser la pratique pédagogique du jeu libre, comme l’un des axes possibles ++**Guillaume**++ * On est là pour s'écouter dans un cadre bienveillant au coeur de toutes les actions de la cardie. ++**Moina**++ * Une transcription en direct est organisée pour qu'il y ait une trace écrite. Cela s'inscrit dans la continuité du compte-rendu individuel de la dernière fois. ## 3 - Atelier photos : "Dans cet espace, je peux, j'ai envie de faire, avec mes élèves..." ![](https://s3.standard.indie.host/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_e24e2ab15b46f3ec6ebccfcf5aa3d390.png) ++**Agnès**++ * Il y a 4 lieux parisiens (photos transmises par Corinne Mazel). * Une cour de récréation * une zone du parc des Buttes-Chaumont, 19e * le square Rébeval, 19e * le square Hérold dans le 19e (comprenant un jardin partagé, jouxtant une EPAHD et proche du lycée Diderot. * Il n'y aura finalement que 3 groupes ce soir. La question qui sera soumise aux participants : s'imaginer dans le lieu avec sa classe,que proposer aux élèves ? * Pas de jugement, un maximum d'idées. Exprimer vos idées à l'oral et les écrire de façon synthétique dans le chat (que nous conserverons). * A l'issue de cet atelier. on reviendra en sesion pleinière et on demandera à **Crystèle Ferjou** de rebondir sur ce qui aura été restitué dans cet atelier et de creuser sur la question du jeu libre. * Puis Moïna pourra revenir sur la classe dehors à l'international. Séparation en 3 groupes d'atelier. ++**Groupe 1**++ * animé par Corinne * Photo cour de récré * On imagine quoi dans cette cour, et à quel niveau de classe ? ![](https://s3.standard.indie.host/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_a870d3a20ac9c68389ff0046d68d5d3b.png) -EPS. motricité. récré. roule. utiliser les éléments naturel, le vent un jour. ce qu'on peut pas faire dedans. bcp d'espace. -Temps de lecture ou dessin plaisir. dans les espaces ombragés par exemple. avec un groupe au pied de chaque arbre. "Lecture plaisir", notamment "Silence on lit". Présence des coins ombragés ou ensoillés -Travail sur ombre et lumière. tracer le contour de l'ombre pour voir comment elle évolue... - Ajouter ? des bacs à sable, des bacs à eau, tables avec des bassines au centre, avec des éléments naturels (avec des glands, des chataignes... à l'automne) - possible de prolonger une activité en classe à l'intérieur ? - travail sur les lignes, les carrés... les graphismes qui apparaissent sur le sol. - utiliser la cour pour dessiner à la craie. profiter de la surface goudronnée. - arbres. avec les saisons, automne. accrocher des éléments. des choses qui volent au vent. qui pendant aux branches. guirlandes variées - laisser les feuilles tomber au sol. faire du land art. -élément naturel. on dirait qu'il y a des buissons au fond. ils semblent en hauteur, pas accessibles, avec un muret et un grillage. Pourquoi pas les rendre accessibles ? - cour : prolongement de la classe. tout ce qu'on fait dedans, on peut le faire dehors. déjà juste plus d'espace. sans utiliser le plus naturel, déjà avoir plus de place. - fermer les yeux et écouter les sons. les repérer et comment chacun les perçoit. les décrire... - ou décrire un élément, arbre, buisson. chacun d'un endroit différent. et comparer les perceptions du même élément. - ou prendre des photos à différentes heures de la journée, jours de la semaine, plusieurs saisons... puis comparer les points de vue. ++**Groupe 2**++ * Animé par Mélinda, conseillère Pédagogique, EPS * Photo Parc des Buttes Chaumont ![](https://s3.standard.indie.host/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_6c5f2fdf243554374ab7b7255ed5742f.png) * Typologie d'activités possibles : * Saut à la corde * Jeux : 1,2,3 soleil ; chorégraphie * Espace très libre et ouvert où courir * Observation des fleurs, des arbres, de leurs essence * Lecture de paysage * Rouler sur la pente * dessiner * danser * Jouer à cache-cache * Faire des activités avec le cours d'eau * Observation de la petite ceinture * S'orienter, se donner rendez-vous * Observer l'évolution de la nature (se fixer sur un arbuste et revenir quelques semaines plus tard) * Cour d'histoire de Paris * Parcours sensoriel pour découvrir des plantes et des arbres * chasse aux trésorsr pour chercher différentes feuilles, fruits * chasse aux couleurs * marcher pieds nus * construire une cabane en s'appuyant sur des arbres dans les différents bosquets * faire de la topologie, puisque ce parc est très pentu * en automne, rassembler les feuilles mortes, les classer, les compter * Insectes à trouver et observer * aspect de jeu libre * grimper aux arbres * 1/de la coopération, de l'entraide, du travail collectif * 2/ des activités plus personnelless (ex. Fermer les yeux pour écouter les sons) * 3/ La cour peut être utilisée comme un prolongement de la classe en y menant des activités quotidiennes que l'on pourrait faire à l'intérieur ++**Groupe 3**++ * Animé par Agnès * Photo d'un square avec jardin partagé, barre de brumisation, en arrière plan immeubles et EPAHD qui donne sur le lieu. ![](https://s3.standard.indie.host/pad-faire-ecole-org/uploads/upload_859d39fa4ae137177ec0cc90f0706934.png) * des parcours * travail sur la vue. changement d'échelle * travail figures géomètriques avec des fils. * travail sur les ombres, l'astronomie... * voir la faune et flore qu'on peut rencontrer * travail sur immeubles, habitants. interroger les gens * sciences. voir graines.. * déclamer des textes. s'approprier l'espace lexical * time lapse avec une photo par semaine * travail sur histoire du lieu * travail sur les oiseaux. enregistrements.. * faire des bouquets * danse de création dans ce lieu ## 4 - Intervention Crystèle Ferjou et Moïna Fauchier-Delavigne ### 4.1 – Intro école dehors ++**Moïna**++ * J'avais la photo de la cour de récré. On distinguait tout au fond un espace de pleine terre derrière un muret et un grillage. Espace non accessible, se posait la question de rendre cet espace accessible aux enfants. C'est souvent le cas. Dans les cour Oasis à Paris, la première étape est souvent de rendre ces espaces accessibles. * Ca ne vient pas de nulle part. Ca vient des écoles en forêt, notamment celles montées en Europe du Nord à partir des années 1950. D'abord créées par manque de place. Accueil de plus d'enfants à l'école puis cela s'est beaucoup développé. Au Danemark aujourd'hui 20% des structures qui accueillent des enfants de 0 à 6 ans sont en forêt, en toute saison, quelle que soit la météo. Ca se fait beaucoup en ville, car le besoin d'extérieur y est encore plus fort. ++**Crystèle**++ * D'où vient l'enseignement dehors ? de quoi on parle aujourd'hui quand on évoque l'école dehors en France, dans l'école publique. * Classe en plein air, classe hors les mur, outdoor learing, forest-school, école dehors...Ces termes ne sont pas si nouveau ! * En effet, les premières écoles de plein air voient le jour en Europe dès les années 20. * En France, par exemple, l'école de Suresnes créée en 1935 a fonctionné jusqu'en 1996. Ces premières écoles en plein air ont été ouvertes pour faire face à la pandémie de la tuberculose. * il y a eu une vraie réflexion autour de l'architecture de l'école à ce moment là. * quand on regarde les archives photos de ces écoles. * la pratique de la classe reste cepedant assez conventionnelle. Un enseignant face à des élèves assis sur des chaises, derrière des tables. * Toute la nuance avec ce qu'on promeut aujourd'hui en terme de pratique de classe dehors. l'idée de faire classe dehors c'est une pratique qui s'inspire beaucoup plus des écoles forestières qui se sont développées dans les années 50 en Europe du nord. * En lien aussi avec les mouvements de l'éducation nouvelle, et le développement des classes de découverte (classe de neige, classes de mer, classes vertes). Philosophie de quitter l'école pour s'immerger en nature. * En tant qu'éducateur et pédagogue, on est imprégné de ces mouvements qui ont fait émerger l'évident intérêt éducatif des pratiques de plein air. * A cet intérêt, c'est ajouté dans les années 2000 un nouveau concept : le syndrôme de manque de nature. identifié et traduit en France bcp plus tard. Notamment Par Richard Louv, un auteur américain. son livre n'a été traduit en France que l'an dernier. accès très récent à ce sujet en France. * On prend conscience que les enfants accueillis dans nos écoles sont de plus en plus éloignés de la nature. On prle des enfants d'intérieur, d'une culture de la chambre. les enfants sont vraiment en rupture avec le dehors et en particulier avec la nature alors qu'on sait que cette nature est indispensable au développement des enfants. * Alors comment aujourd'hui en France on peut imaginer faire classe dehors en école publique ? * Faire classe dehors ce n'est pas simplement sortir des tables et des chaises. C'est aussi savoir s'en passer. Envisager une éducation en mouvement, en gestes et en marchant. Prise en compte du corps en totalité. La tête et le corps en entier. * Même si dans toutes ces photos, vous avez imaginés des activités où les enfants vont être en mouvement, on identifie bien que plus l'espace d'usage est complexe (parc des buttes Chaumont) plus il va faciliter le contact direct avec les éléments. La cour de récréation du groupe 1 est très minérale mais il y a tout de même la présence de 3 arbres. On peut donc au moins favoriser une rencontre tactile avec l'arbre. C'est sans doute l'une des 1eres propositions que j'aurais eu envie de faire : toucher les troncs d'arbres, l'écorce avec les mains, la joue, les yeux bandés. * la classe dehors sollicite tous les sens. * Dans la définition que l'on peut en faire, la classe dehors est une pratique réfléchie, organisée et régulièe. A la grande différence d'une simple sortie ponctuelle même mensuelle, qui permet certes d'observer le changement des saisons... * Mais qui ne permet pas une véritable appropriation d'un nouvel espace : il faut y aller a minima une fois par semaine pour cultiver un attachement au lieu. * A l'école primaire, on fait clase dans la classe, entre les murs,et on n'a pas l'habitude de changer de classe en permanence. ce qui permet à l'élève de s'approprier un espace de travail dans sa classe avec son groupe classe. Dehors, c'est un peu la même chose. c'est nécessaire d'identifier un lieu, où on revient. pour permettre aux enfants de rentrer en contact avec ce lieu, toutes les semaines, par tous les temps, pour qu'une relation puisse se construire entre l'enfant et ce nouvel espace d'apprentissage. * N'importe quel lieux ne se prête pas à une pratique de classe dehors. Il est important de pouvoir identifier un lieu qui permettra à l'enfant d'entrer en contact direct avec la nature. * La classe dehors est une démarche d'éducation globale dans laquelle on peut développer toutes les compétences du programme mais aussi travailler dans l'alternance. Alterner des activités d'enseignement et des activités de jeu libre. * Le groupe du parc des buttes Chaumont a d'ailleurs développer ctete idée de jeu libre. ### 4.4 – Jeu libre * A l'école maternelle, on est assez familier d'une certaine pratique du jeu libre. Depuis le programme de 2015, on parle de l'importance du jeu libre et de la necessité d'apprendre en jouant. * En école élémentaire, c'est moins reconnu. * Finalement, dans notre société, pourqoui ces temps libres sont si importants ? * Il y a une diminution de la mobilité autonome des enfants. emploi du temps très cadré. à l'école comme à la maison. Que ce soit dans les activités culturelles, sportives ou scolaires. L'enfant a peu d'occasion de jouer librement, et encore moins de jouer librement dehors. * **Peter Gray**. "Libre pour apprendre" p21 : "La pulsion de jouer librement, biologique. Un déficit de jeu libre n'entraîne certes pas la mort du corps physique, comme le ferait un manque de nourriture, d'air ou d'eau, mais il tue l'esprit et retarde le développement mental." * Le jeu libre : quelque chose de spontané. Il n'est pas organisé par l'adulte. L'enfant décide à quoi il joue, comment, quand et où il joue. L'action est génératrice de nouveauté. Elle va permettre à l'enfant de s'organiser socialement, de s'inventer ses premières règles de jeu. Ces pratiques étaient très ancrées dans les cultures enfantines. Film : "Le Cerf-volant du bout du monde" La voiture a pris la place de l'enfant dans la ville. ++**Posture**++ * Quand on propose des temps de jeu libre dehors, le rôle de l'enseignant est modifié. * Cela m'a conduit à réfléchir à la relation qui existe entre les espaces d'apprentissages et notre démarche pédagogique. * En observant nos élèves en activité libre, on va percevoir plus facilement leurs besoins, identifier de nouvelles compétences. des enfants se révèlent autrement dehors. * Certains qui ne sont pas meneurs en classe le seront dehors. * Toutes ces observations vont nous aider à comprendre leurs façons d'interagir entre eux et avec le milieu. * Notre role sera d'accueillir leur activité. * En fonction de la façon dont on se sent dans un milieu, notre posture est différente. * faire confiance aux élèves, se montrer aussi curieux qu'eux. développer ses capacités d'adaptation parce que la nature est pleine d'imprévus. * Notre rôle est aussi de veiller à leur **sécurité**, sans être sur-protecteur. On peut avoir tendance à se substituer à l'enfant parce qu'on veut l'aider. Alors que c'est bien de laisser l'enfant cheminer par lui meme avant d'intervenir. * Se méfier aussi de nos tendances trop instructives. Laisser la place au questionnement. Être à l'écoute pour pouvoir ensuite rebondir en classe et faire émerger des projets. * Dernier ecueil. le jeu libre laisse beaucoup de place à l'autonomie de l'enfant. Cela ne veut pas dire laisser tout faire. On veille à la sécurité mais on pose aussi un cadre rassurant avec des règles. quand ils nous voient les observer, les enfants prennent conscience qu'on prend au sérieux leur jeu. Ce n'est pas un temps de récréation. On est sur du temps plus long. ## 5 - Questions du chat QUESTION - Comment respecter les programmes dehors ? ++**Crystèle**++ * Même dehors, si on pratique par ex 1/2 journée par semaine. on va alterner des activités dirigées d'enseignement et des activités de jeu libre. * Le jeu libre développe énomerment des compétences à travailler. mais sur une pédagogie bien plus différenciée. * Ce qui est plus difficile à faire en classe. on peut accompagner un enfant plus qu'un autre. * Important de proposer aussi des activités. On peut s'outiller quand on fait classe dehors. Un outil incontournable : le carnet de bord. * Comme en classe, on a notre cahier journal: Un cahier qui permet d'anticiper et d'organiser notre journée en amont de la classe. Dehors, notre Carnet de bord, on le remplit plutôt après la séance de classe dehors. * On y consigne les activités et évenements prégnants sur cette 1/2 journée mais aussi la date, la météo du jour. * Ce carnet de bord, c'est important de le reprendre et d'en faire un carnet élaboré. En maternelle, on croise ce qu'on a noté avec l'atsem et les adultes accompagnateurs. pour croiser les regards. cela nous aide à avoir un suivi précis de nos élèves, notamment sur les domaines d'apprentissages. QUESTION **chat repris par Agnès** : Dehors, permet de révéler des élèves difficiles, qui ont du mal à l'intérieur et se dévoilent lors des temps à l'extérieur * **Crystèle** : Je me souviens d'une collègue avec une classe comprenant beaucoup d'enfants allophones et qui ne parlaient pas en classe entre les murs. Le plaisir dehors, d'être ensemble, en contact avec du vivant, a déclenché la parole pour ces élèves qui ne parlaient pas du tout. **C'est vraiment une pratique qui permet l'école inclusive** * J'ai eu aussi dans ma classe un enfant qui avait vraiment des problèmes dedans. Dehors il est devenu meneur parce qu'il connaissait le milieu extérieur, de par sa culture familiale. * **Moïna** : la question d'école inclusive est intéressante car elle permet à des enfants de trouver leur place, elle permet aussi à l'enseignant d'avoir un regard différent sur l'enfant. Ca permet, en libérant les contraintes d'espace et de silence nécessaire, à des enfants considérés comme à problème de ne plus l'être. * Ils ne posent plus problème car tout leur corps est en mouvement, disponible en entier. QUESTION **chat** : Pensez-vous que le manque de connaissance sur la nature est un obstacle pour les enseignants qui veulent faire classe dehors ? * **Moïna** : Cela peut faire peur mais il n'est pas du tout obligatoire d'avoir des connaissances naturalistes poussées pour faire classe dehors. Par exemple, Alexandre, qui fait classe dehors à Paris, a osé commencé à sortir régulièrement avec ses élèves alors que ses connaissances étaient très limitées. Il allait apprendre avec ses élèves dehors. La classe dehors n'est pas nécessairement un atelier de découverte de la nature et un cours naturaliste. Ce n'est pas grave de ne pas connaitre tous les oiseaux et les arbres. * **Crystèle** On n'a pas besoin de compétences naturalistes pour faire classe dehors mais faire classe dehors va interroger notre propre rapport à la nature. Il faut a minima se sentir soi-même bien dehors, sans nécessairement avoir de connaissances naturalistes au départ. On apprend avec les enfants. Notre rapport avec notre groupe classe change. on va chercher avec eux les réponses. QUESTION **chat** - Quelle réaction des parents ? Dans le chat, on lit un témoignage : "les parents ont tout de suite été séduits grâce au bonheur des élèves" **Crystèle** : Effectivement, la communication avec les familles est essentielle, et les enfants sont les premiers ambassadeurs de la classe dehors et savent donc très vite le partager avec les parents. * La classe dehors permet aussi d'accueillir les parents autrement à l'école. J'ai accueilli en classe dehors des parents qui venaient rarement à l'école, ou aux sorties oragniséés par exemple au musée. Là, le dehors, fait moins peur. * Beaucoup de papa se sont engagés sur ces pratiques. * cela permet une co-éducation, une autre relation se crée avec les parents * après la 1ere année, les parents eux-mêmes deviennent des ambassadeurs de la classe dehors. QUESTION - Dehors implique un Changement de posture ? L'enseignant n'est plus le même. l'élève non plus. les parents n'ont plus le même regard sur l'école ? * **Crystèle** Oui, quand on s'engage dans une pratique régulière de classe dehors, c'est accepter de voir évoluer nos postures et gestes professionnels, y compris dans la classe. Faire classe dehors nous amène aussi à repenser notre classe dedans. QUESTION - Pourriez-vous nous dire ce qui est autorisé à Paris en ce moment ? **Agnès** après attache auprès des services compétents et de Corinne Pierotti, Conseillère départementale EPS. * Les sorties, même dans des lieux ouverts, sont actuellement autorisées. Certains lieux publics sont à éviter (gares, lieux touristiques...) et les concentrations d'élèves sont à proscrire : ne pas sortir à plus d'une classe. * C'est au directeur, bien sûr, que revient la responsabilité d'autoriser de sortir ou non. * Anavant de se lancer,**Alexandre**, par exemple, a pu formalisé son projet de façon détaillée, l'a soumis au directeur, à l'IEN de cirsonscription, le projet a été intégré au projet d'école, présenté aux autres enseignants, et longuement exposé aux parents en réunion de rentrée. On peut penser que la réflexion, la formalisation et le partage du projet avec l'équipe éducative élargie représente un véritable levier pour aider à lever les freins et se lancer. * La création de ce groupe a pour objectif de mettre en commun expériences (quel qu'en soit l'avancement), réflexions, questionnements, outils, apports d'experts et de la recherche... à destination de ceux qui pratiquent déjà mais aussi tous ceux qui souhaitent se lancer ainsi que ceux que la question intéresse. Nous allons transmettre ce cr détaillé, une synthèse, la captation et une invitation vers un espace de partage. Nous avons commencé à rassembler des ressources sur un padlet de ressources [Faire classe dehors à Paris](https://fr.padlet.com/cecardie/c5dmqclp56r8e586) qui reprend notamment les liens vers les nombreuses ressources déjà partagées par la DSDEN des Deux Sèvres, dont nous sauons l'immense travail. ## 6 - Synthèse de Corinne Mazel * Sur la dimension historique, je retiens : "l'école en plein air s'est développée face à une pandémie". Dommage qu'il faille des pandémies pour sortir les élève ! * La classe dehors a des effets bénéfiques sur les élèves, mais aussi les enseignants: ** modifie la réflexion, l'organisation. ** l'importance de la régularité. ** jeu libre : impact sur la posture avec le développeemtn de l'acceuil. ** Ajustement des pratiques. cela demande de faire confiance au enfants. ** Toujours en accompagnant et à l'écoute des questionnemenets qui seront repris en classe. Ce n'est pas une pratique isolée du reste du programme. ** Outillage. et comment le regard change sur les élèves et comment l'école devienne inclusive. ** Place du corps et du mouvement. investissement sensoriel. dimension essentielle et pas facile à développer dedans. ** Accueil des familles. j'ai eu des témoignages. avec des parents très éloignés de l'école qui s'autorisent à accompagner parce que cela fait moins peur, moins proche du domaine scolaire. * Comme l'a dit Crystèle : Faire classe dehors permet aussi de repenser la façon de faire classe dedans. Enfin, une dernière question, qui reste ouverte : L'accès à des lieux de nature en ville, plus riches que les cours de récréation goudronnées. C'est important pour toutes les écoles, que tous les enfants puissent aller dans des espaces riches. ## 7 - Clôture, prochain rdv * **Prochaine rencontre : 18 mai 2021 à 17h30** (en extérieur si possible) « conférence promenée » (interactive) avec **Aurélie Zwang**, MCF Univ Montpellier : enseignante chercheuse en sciences de l'éducation, membre du laboratoire interdisciplinaire de recherche en didactique, éducation et formation. Ses travaux analysent les médiations et les pratiques en éducation à l'environnement situées entre les milieux non formels d'éducation (musées, parcs naturels, associations) et l'école suivie de temps d'échanges. ## 8 - Ressources * padlet [Faire classe dehors à Paris](https://fr.padlet.com/cecardie/c5dmqclp56r8e586) * [Apprenons dehors](https://ww2.ac-poitiers.fr/dsden79-pedagogie/spip.php?article1047&var_mode=calcul). Propositions du groupe départemental Classe dehors 79 * [Il était un jardin](https://vimeo.com/69698757), film documentaire (40min) suivant la pratique de la classe dehors par Crystèle Ferjou dans la petite section maternelle de Pompaire (79), réalisé par Pierre-Yves Le Du (IFFCAM, 2013). * [Espace dédié à la Classe dehors du GRAINE Poitou-Charentes, en partenariat avec la DSDEN 79 et la conseillère pédagogique Crystèle Ferjou ](http://grainepc.org/Faire-classe-dehors-Enseigner-dehors) * Le site ["Ma classe dehors"](https://sites.google.com/view/maclassedehors) de l'enseignant Alexandre Ribeaud, qui pratique régulièrement la classe dehors à Paris depuis septembre 2019. * Le blog [Enseigner dehors en ville](https://enseignerdehorsenville.wordpress.com/), par une conseillère pédagogique de l'éducation nationale, tout juste retraitée. * [Des pistes de ressources sur la classe dehors pour enseignants et éducateurs](https://https://www.lenfantdanslanature.org/ressources) sur le site de L'enfant dans la nature. * **Partage de ressources** https://framaforms.org/classe-dehors-1612276035 Si vous avez déjà créé des documents sur la classe dehors, qui pourraient aider d'autres enseignants à se lancer et sortir avec leurs élèves, vous pouvez les envoyer via ce formulaire. **Ressources partagées pendant le tchat** * Site * Site.. --------- Ce document est régi par les termes juridiques de la [licence Creative Commons BY-SA 4.0 ](http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/) <center> <img src="https://mirrors.creativecommons.org/presskit/buttons/88x31/png/by-sa.png" width="250px">